LA FANNY...

Quel est le pétanqueur qui n'a jamais pris de "fanny" ?

Certainement aucun mais c'est souvent difficile à avouer surtout quand on refait les parties devant les copains !

Donc, si sur nos terrains vous êtes le témoin actif ou passif d'une "fanny", faites nous le savoir par le biais de la page contact et nous inscrirons les victimes au tableau d'honneur de la Fanny suivi du classement provisoire de l'année au bas de cette page.
Ainsi, elles seront soulagées et pourront repartir vers de nouvelles aventures boulistiques l'esprit libre...et pourront brandir le prophée spécialement conçu pour l'occasion par l'un de nos sociétaires.


 

Mais auparavant, grâce au Musée de la Boule, intéressons nous à cette vielle tradition.

La “fanny”, une tradition totalement liée aux jeux de boules, même si par extension, cette expression est utilisée dans d’autres jeux pour signifier une défaite absolue !
Bien qu’évoquant la Provence et l’univers de Marcel Pagnol, ses origines remontent plus loin... Partout, sur tous les terrains de boules, les joueurs ont le même petit sourire entendu quand on les interroge sur la Fanny. Pourtant aucune femme n’est jalouse d’elle ! Même quand son propre époux rend honneur à Fanny en appliquant un baiser sur ses fesses rebondies... Mon pauvre monsieur, embrasser Fanny, c’est l’image effrayante de la défaite, la preuve horrible qu’on a été battu. Et pas seulement battu, mais vaincu lamentablement, l’humiliation totale : perdre par 13 à 0 ! le malheureux qui a essuyé ce désastre est tenu de se mettre à genoux, en présence de tous les joueurs rigolards et du public qui se régale de le voir, comme s’il allait à confesse, s’approcher de l’autel où il doit baiser les fesses de Fanny. Avant ce spectacle de choix, on fait souvent sonner une cloche afin que nul n’ignore que quelqu’un vient de perdre par 13 à 0.

 
 
Prude, cachée derrière un panneau de bois ou un rideau, elle présente de façon provocante son postérieur voluptueux. Fabriquée avec ferveur, ainsi qu’une vraie relique, véritable “ex-voto” des adorateurs de la boule sacrée, la petite armoire avec sa Fanny ornait naguère tous les cafés où les joueurs s’affrontaient.
A l’heure actuelle, on la trouve plutôt chez les antiquaires et les brocanteurs, parfois avec chance au détour d’un vide grenier de village. Les clubs par contre la conservent jalousement et elle fait partie de leur patrimoine.
 
Certains pensent que son origine est savoyarde, mais on peut témoigner dès 1870 de l’existence d’une vraie Fanny à Lyon. Dans le quartier de la Croix Rousse, les joueurs se rencontraient sur le terrain du “Clos Jouve”. Dans ce quartier habitait une jeune fille de 20 ans qui faisait le désespoir de ses parents, on la retrouvait souvent sur le terrain du Clos Jouve où elle admirait les joueurs. Voilà notre Fanny ! En cadeau de consolation, elle dévoilait ses charmes au joueur malheureux qui n’avait marqué aucun point : elle l’entraînait à l’écart et hop!  elle relevait ses jupes et montrait ses fesses au vaincu. Nous n’en étions pas encore à les baiser.
La pauvre Fanny n’eut pas une destinée heureuse, elle fut prise pour folle, on manqua l’enfermer dans un asile mais la justice fut magnanime car elle considéra qu’elle égayait finalement le jeu. Elle finit par vivre avec un ivrogne, tomba enceinte, fut séparée de son enfant, fut internée dans un asile pour indigents où elle mourut quelques temps plus tard. mais son souvenir nostalgique est resté bien vivant, les habitués du Clos Jouve la firent passer à la postérité.

 
Dans de nombreux clubs, le rituel prit tant de sérieux que les perdants par fanny étaient consignés dans des registres et qu’on organisait des banquets annuels où les joueurs malheureux recevaient leur diplôme de Fanny !

 
Beaucoup d'images de Fanny illustrèrent les cartes postales, les calendriers, les marqueurs de points bien sûr, etc...
C’était aussi une façon amusante et libre de contourner la morale bourgeoise chrétienne qui jetait l’opprobre sur ces images dénudées...


 
Tableau d'honneur de la Fanny
 
- 2012


Henri RACACHE est le premier vainqueur du trophée en devançant d'une courte tête Arnaud CANOURGUES...

 



- 2013

 
Jean-Louis RAYNAUD succède à Henri RACACHE tout heureux de lui remettre le trophée...
 


- 2014


Stéphane CARRA a lutté jusqu'au bout... En vain !




- 2015



Egalité sur le papier entre Stéphane CARRA, Henri RACACHE et Yves DERIAZ mais le jury a décelé une demi-fanny supplémentaire pour ce dernier...
YVES DERIAZ est donc proclamé vainqueur !




- 2016


La compétition redémarre après l'Assemblée Générale...

 
DATE JOUEURS - "JP en 11 points" Signalée par
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         


 
Le classement provisoire :
 
1 - 
 























































































 



Créer un site
Créer un site